Médecine et Musique : Musicothérapie et Thérapies Traditionnelles


Edith LECOURT & Pr. Mohamed ZINELABIDINE


J’ai eu le plaisir de diriger cette publication avec Professeur Edith Lecourt, Professeur émérite de psychologie clinique à l’Université René Descartes - Paris, dans le cadre du Laboratoire CUNTIC. Actes que nous reprenons ici par l’ICESCO pour davantage attirer l’attention sur des disciplines émergentes, qui forcent l’intérêt et le regard, autour des rapports entre médecine, arts, psychologie, psychiatrie, psychanalyse, sociologie, philosophie et développement sensoriel. Le tout porté par «L’art-thérapie», en général, «La musicothérapie», en particulier. Cet ouvrage se penche sur les éclairages d’une interdisciplinarité agissante entre «Médecine/ Arts/Développement», au sceau des nouvelles acquisitions de compétences, des sciences, des pratiques, des savoir et savoir-faire, entre approches théoriques et autres pratiques cliniques.

Est-il justifié de se poser la question : mais quelles relations ou corollaires possibles avec le «Centre international de l’ICESCO des Politiques Holistiques pour la Promotion de la Réalité Culturelle» et ce thème précis?

Ô que oui, dès lors que L’ICESCO reprend ici un questionnement éminemment culturel, en étroite relation qu’il suscite avec le développement humain. Et l’art-thérapie en fait intégralement partie. Depuis Tunis, «Les XVIè Rencontres Scientifiques de Musicothérapie» en décembre 2005, jusqu’aux XXèmes qui se sont poursuivies en 2010, nous publions ici des études utiles aux questionnements historiques et méthodologiques sur la thématique, dans la perspective de 2022. Nous avons développé depuis avec l’Association Française de Musicothérapie, et plus particulièrement avec Madame le Professeur Edith Lecourt un partenariat stratégique qui nous a conduit à organiser ensemble des programmes didactiques, des conférences, des ateliers entre Paris et Tunis, et maintenant Rabat. Ce qui nous a amenés, de surcroît, vers ces «Vingtièmes Journées Scientifiques de Musicothérapie» qui sont en effet le concours d’un travail établi vers ce qui pourrait raffermir encore cette action.

L’ICESCO, forte de ses convictions pour un développement durable intégral et holistique, veut ouvrir de nouvelles perspectives aux humanités analytiques dont font partie les approches en musicothérapie. C’est ainsi qu’est né le projet des «Premières Rencontres Méditerranéennes de Musicothérapie à Tunis» avec des collègues d’Italie, d’Espagne, du Portugal, d’Algérie, de Grèce.. En partenariat avec l’Association Française de Musicothérapie dont Edith Lecourt est secrétaire générale. Elle a proposé, pour «Les XXè. Journées Scientifiques et I ères Rencontres Méditerranéennes en Musicothérapie», et particulièrement pour cet ouvrage de l’ICESCO, une réflexion sur «musicothérapie et thérapies traditionnelles», dans des perspectives à la fois spatiales (différents pays, cultures) et temporelles (en intégrant une réflexion sur les origines, individuelles et collectives). La question des origines y sera abordée concrètement par les recherches sur la musicothérapie dans le cadre de la néonatologie (première thématique) :

- Quelle est la place de la musique à l’origine de la vie ?

- Dans quelle mesure peut-elle venir en aide au bébé et à ses parents ?

La seconde thématique développée sera la place de la musique, de la musicothérapie aux origines de la thérapie elle-même, et ce dans les différentes cultures. Qu’en reste-t-il dans les pratiques de musicothérapies actuelles ?

- La place de la musicothérapie parmi les autres thérapies et, plus particulièrement, on s’interrogera sur sa place aux côtés des thérapies traditionnelles.

Enfin une réflexion sera engagée sur la formation :

- Quelle situation actuelle de la musicothérapie au niveau de la recherche et de la formation ?

Nous nous interrogerons ainsi, sur l’origine, la période périnatale, et sur la place que peut y occuper la musicothérapie. De nombreuses études ont montré l’importance du rythme, de la voix maternelle, de l’environnement sonore, pour le premier développement du fœtus et du bébé. La musicothérapie prend, dans ce cadre, un rôle de prévention et parfois déjà de soin. La recherche se renouvelle dans ce domaine avec la musicothérapie pour les prématurés, expérience soutenue par l’Association Rostropovich-Vishnevskaya et le service du Professeur Yannick Aujard de l’Hôpital Robert Debré à Paris. Cette thématique nous permet d’ouvrir la seconde piste de réflexion, plus générale : la musicothérapie et les thérapies traditionnelles. La musicothérapie n’est pas une invention récente dans la mesure où la musique a toujours été utilisée, et dans toutes les cultures, pour des objectifs d’aide voire de soin. Il nous semble important de réfléchir aux modalités d’articulation entre les approches traditionnelles du soin et les pratiques actuelles de la musicothérapie.

Ces deux thématiques se retrouvent précisément dans le rôle qu’a toujours eu, un genre musical bien connu de tous, la berceuse, dans le développement du jeune enfant et de ses relations à son environnement. Ceci nous amène donc aussi à s’interroger sur le rôle de la musicothérapie entre prévention et soin, et sur les formes que prennent les méthodes et les applications de la musicothérapie dans des cultures différentes.

L’ICESCO, en reprenant ces actes, et en les remettant en exergue, inaugure un nouvel aspect de ses missions culturelles et scientifiques, en les projetant vers l’à-venir. Elle entend réunir et organiser les prochaines Rencontres Scientifiques de Musicothérapie, au cœur des attentes que suscite ce disciple émergent, voire essentielle, entre Médecine, Arts et Thérapies.


0 views0 comments